Association Crèche - Garderie La Farandole

Nos valeurs

LES VALEURS DE LA FARANDOLE

LA CONFIANCE :

Créer une relation de confiance avec les enfants, les parents et les collègues, par l’écoute, la communication et une ouverture d’esprit.
Privilégier le partenariat.
Etre à l’écoute, compréhensif et bienveillant envers les parents.
Etre transparent dans nos échanges avec les parents.
Accepter que l'enfant et les parents aient besoin de temps pour donner leur confiance.
Donner du sens à ses gestes et ses paroles.

LE RESPECT :

Respecter les autres et soi-même.

Etre poli et respectueux des autres (enfants et adultes) :
- Dire s’il te plait lorsque je demande quelque chose.
- Dire merci lorsque je reçois quelque chose.
- Etre doux dans mes gestes et mes paroles envers les autres.
- Prendre soin des jouets et du matériel.
- Parler doucement aux autres.
- Attendre son tour, être patient.
- Apprendre à s’excuser.

Etre tolérant :
- Dans l’accueil de familles de toutes nationalités.
- Dans l’accueil d’enfants à besoins spécifiques.
- Avoir conscience de ses propres besoins et de ses limites. (pour l’adulte)

LE BIEN-ETRE :

Veiller toujours au bien-être de l’enfant.
Assurer la sécurité affective et physique de l’enfant.
Etre attentif à l’intégrité de l’enfant dans le groupe.
Favoriser le bien-être de l’enfant lors de la séparation avec le parent.
Adapter l’environnement selon l’âge des enfants afin qu’ils puissent s’épanouir en toute sécurité.

RESPECTER LES BESOINS PREMIERS DE L’ENFANT :

Alimentation :
Veiller à la notion de plaisir et de partage lors des repas.
Proposer une nourriture équilibrée et en suffisance. Ne pas insister pour nourrir un enfant qui refuse.

Sommeil :
Coucher l’enfant selon ses besoins dans un endroit approprié, veiller au calme autour de lui. Ne pas réveiller un enfant qui dort. Proposer un coussin et une couverture à l’enfant pour sa sieste.

Propreté :
Changer régulièrement les couches, contrôler les fesses de l’enfant étant allé à selles lors de l’apprentissage de la propreté.
Veiller à ce que l’enfant se lave les mains. (Après être allé au WC, avant et après les repas, après une sortie, après une activité de bricolage, avant et après une activité de cuisine)
Accompagner l’enfant lors du brossage des dents après le repas de midi.
Mettre à disposition des mouchoirs, moucher l’enfant s’il n’arrive pas à le faire seul.
Accompagner l’enfant pour se laver et se crémer le visage, coiffer l’enfant avant son départ.

Sécurité physique :
Veiller à l’espace et à l’aménagement sécurisé des locaux selon les activités proposées.
Séparer les enfants en petit groupe dès que possible.
Permettre à l’enfant d’évoluer dans un environnement sécurisant et serein.
Surveiller attentivement les enfants lors du jeu libre.
Accroître la surveillance lors des promenades.
Répéter les consignes de sécurité aux enfants et stagiaires avant chaque sortie.
Mettre de la crème solaire et une casquette lorsque cela s’avère nécessaire.

Sécurité affective :
Etre disponible pour écouter, rassurer, encadrer et aider l’enfant tout au long de la journée.
Laisser libre accès au doudou et lolette.
Réconforter et apaiser l’enfant dans ses diverses émotions.

Confort :
Respecter les besoins de confort de l’enfant en veillant è ce que l’enfant porte des vêtements adéquats selon le climat, veiller à l’air ambiant sain. (Aérer régulièrement les locaux)
Proposer des jeux et activités variés et adaptés.
Veiller à la propreté des jeux et locaux.
Veiller à ne pas parler à ses collègues au-dessus de la tête des enfants.

Respecter le rythme de l’enfant :
Ne pas faire les choses à la place de l’enfant.
Ne pas obliger l’enfant à faire une activité qu’il ne souhaite pas.
Ne jamais perdre de vue l’intérêt de l’enfant.

L’ESTIME DE SOI :

Favoriser l’estime et la confiance en soi.
Valoriser et féliciter l’enfant dans ses actes.
Verbaliser et positiver ses encouragements.
Laisser l’enfant faire ses expériences et découvertes.
Amener l’enfant vers une certaine forme d’autonomie (affective, motrice, cognitive) sans le mettre en difficulté.
Ne pas attendre de lui ce qu’il ne peut pas réaliser.
Ne pas mettre l’enfant en situation d’échec. Les défis doivent être ajustés au niveau de l’enfant, si le défi et trop grand l’enfant ne se sent pas compétant et se décourage, si le défi n’est pas assez relevé, l’enfant n’est pas motivé.
Respecter l’équité entre les enfants. Ne pas faire de favoritisme.
Limiter les frustrations tout en sachant qu’elles sont nécessaires au développement de l’enfant dans la société.